Apple et Tesla font des “splits”

Plus on fait de parts, plus le gâteau vaut cher ?! Explications...

En théorie, un “stock split” est une opération très simple. On sépare chaque titre en plusieurs plus petits. Si l’action de votre entreprise vaut 200 euros par exemple, vous la transformez en deux actions à 100 euros chacune. 

C’est ce qu’ont décidé de faire il y a quelques mois, Apple et Tesla, qui ont respectivement divisé leurs actions par quatre et par cinq. Fait surprenant : depuis l’annonce, les cours des deux sociétés se sont envolés. Nous tentons dans cet article d’expliquer pourquoi.

Deux actions en feu !

Apple, qui a annoncé son split le 30 juillet dernier, a vu son titre augmenter de 34% depuis, ajoutant ainsi 600 milliards à sa capitalisation boursière et devenant au passage la première société à valoir plus de 2 trilliards de dollars. L’action Tesla a pris, elle, 81% depuis son annonce faite le 11 août, soit un gain de capitalisation de 220 milliards de dollars. 

Ces stock splits sont effectifs depuis le 31 août et, le jour même, les deux actions ont grimpé (accrochez-vous) de 12,5% pour Tesla et de 2,4% pour Apple. Pour mettre cela en perspective, Tesla a gagné en une journée la valeur totale de General Motors. Apple a gagné celle de BNP Paribas.

Si nous pouvons attribuer une partie de cette hausse à d’autres facteurs comme les bons résultats de ces entreprises, il est clair que ces splits y sont aussi pour beaucoup. 

Tentative d’explication rationnelle

En théorie, fractionner les actions existantes ne devrait pas impacter la valeur intrinsèque des entreprises concernées. Si je vous échange un billet de 5 contre cinq pièces de 1, le total reste 5.

Alors, les investisseurs sont-ils devenus fous, ou existe-t-il une ou d’autres justifications pour expliquer ce phénomène ? Nous pouvons trouver quelques arguments qui justifient la hausse du cours de l’action, à l’occasion d’un “stock split”. 

L’objectif principal d’un fractionnement des actions est de les rendre “accessibles à un plus grand nombre d’épargnants”, pour utiliser les mots du directeur financier d’Apple, Luca Maestri. Avant l’opération, l’action Apple valait autour de 500 US Dollars et celle de Tesla en valait 1600. Les cours avaient atteint des niveaux tels que l’action était inachetable pour certains petits porteurs. En divisant le prix de leurs titres, Apple et Tesla permettent à plus de monde de se les offrir, ce qui augmente la demande (déjà haute) et fait grimper d’autant les prix.

Par ailleurs, dès l’annonce du stock split, le marché commence à anticiper l’augmentation du nombre d’investisseurs sur le titre et l’effet positif que cette évolution aura sur son cours. C’est ce qui peut expliquer une partie de la hausse des prix des actions en amont du fractionnement effectif des actions.

Cet argument prend tout son sens lorsqu’on tient compte de l’accroissement du nombre d’épargnants boursicoteurs, notamment aux Etats-Unis, stimulé par l’apparition de plateformes de trading comme Robinhood, qui permettent aux investisseurs individuels d’acheter ou de vendre des actions à des conditions tarifaires quasi nulles.

Ce qui précède est notre tentative d’explication de l’effet positif qu’ont eu les stock splits récents d’Apple et Tesla, dont l'ampleur nous surprend. Il est indiscutable que performance boursière des deux titres est impressionnante depuis plusieurs trimestres. Malheureusement, la performance passée n’est pas toujours un bon indicateur de sa performance future….

EDIT: Il suffit qu’on le dise...

Nous venions de finir de rédiger cet article, dans le courant de l'après-midi du 3 septembre, lorsque nous avons jeté un dernier coup d'oeil sur les cours de bourse d'Apple et Tesla. Nous avons bien fait.

En une journée, elles ont respectivement perdu 8% et 9%. Il faut croire que l'effet bénéfique d'un stock split est certes marginalement positif, mais qu'il ne peut pas, à lui seul, justifier une hausse significative de la valorisation d'une société, aussi innovante soit-elle. Un gâteau exceptionnellement bon n'est pas meilleur parce qu'on le découpe en plus de parts.

Marc Tempelman

Co-fondateur de Cashbee

écrit par nos amis

Marc Tempelman

Diplômé de l’ESCP, Marc a travaillé pendant plus de 20 ans chez Bank of America Merrill Lynch, pour laquelle il a notamment co-dirigé l’activité de banque commerciale et de marchés de capitaux obligataires. Basé à Londres et à New York, et focalisé sur la clientèle institutions financières, Marc est devenu un expert du financement bancaire. Il est aussi passionné de cuisine.

Aller voir

Avez-vous essayé Cashbee ?

Cashbee est l'application d'épargne qui prend soin de vos intérêts. En 6 minutes, vous disposez d'un moyen simple de mettre votre argent au travail sur un compte rémunéré.

Aller sur Cashbee