Au fait, c’est quoi le CAC 40 ?

On en entend souvent parler, surtout quand il va mal (comme récemment). Ne faites plus semblant de savoir de quoi on parle et lisez cet article !

Le principal indice de la place de Paris

Le principe d’un indice est de rassembler plusieurs valeurs (boursières, dans le cas présent) en une seule “agrégée”. Et des indices boursiers, il en existe plein ! Cela va des plus connus, comme par exemple le Dow Jones aux Etats-Unis, le Footsie au Royaume-Uni ou encore le Nikkei du Japon, à des indices beaucoup plus confidentiels, comme le Semdex à l’île Maurice ou l’indice Bolsa de Panama au… Panama.

Le CAC 40 est l’indice boursier le plus connu et le plus suivi en France. Et il est relativement jeune, car créé officiellement le 15 juin 1988. Comme son nom l’indique, il rassemble 40 valeurs françaises, sélectionnées parmi les 100 entreprises cotées à la bourse de Paris dont les volumes d’échanges d’actions sont les plus importants. 

Cela signifie que sa composition change au fil du temps. Un peu comme pour la Ligue 1 au foot si vous voulez : les entreprises les moins performantes se font reléguer, et d'autres “montent de la Ligue 2”. 

Composition : de 1987 à nos jours

Et du changement, il y en a eu, car depuis sa création, seuls 15 des 40 premiers membres sont toujours à l’affiche. Sans grande surprise, les grandes entreprises technologiques et le secteur du luxe ont pris de l’importance, aux dépens des secteurs de l’hôtellerie, de l’industrie lourde et des banques.

Les lignes en gras sont celles en commun

Le comité qui décide de l'inclusion ou non d’une entreprise dans l’indice est le conseil scientifique de NYSE Euronext. Il se réunit trimestriellement ou lorsque les circonstances l’exigent, par exemple quand deux membres du CAC décident de fusionner. Mais son analyse ne s’arrête pas à la simple capitalisation boursière des sociétés. Car les experts qui le composent doivent s’assurer de la représentativité de l’indice. Dit autrement, ils garantissent que tous les secteurs d’activité français y soient représentés. 

Ils prennent également en considération la liquidité de chaque titre — le nombre de ses transactions quotidiennes. C’est comme cela qu’ils s’assurent que le CAC 40 reste un indice dynamique, et ne soit pas le reflet de capitalisations détenues en réalité par quelques rares actionnaires endormis sur leurs parts (l’État français actionnaire d’EDF ou d’Air France par exemple). On dit des actions liquides qu’elles offrent un “flottant” important, permettant à tout investisseur de vendre ou d’acheter des actions facilement.

Comment fonctionne l’indice ?

Maintenant que nous savons par qui et comment il est constitué, penchons-nous sur son fonctionnement. CAC signifie Cotation Assistée en Continue : la valeur de l’indice varie en permanence et est actualisée toutes les 15 secondes pendant les heures d’ouverture du marché, c’est-à-dire de neuf à dix-sept heures trente.

À son origine, sa valeur a été fixée arbitrairement à 1000 points. Depuis, son cours évolue, porté par les cours de bourse qui le constituent.

Il est important de préciser qu’une entreprise dont la valorisation serait très élevée ne pourrait jamais représenter plus de 15% du calcul du CAC. LVMH par exemple, qui représente près de 13% du total du CAC, ne pourra jamais compter pour plus de 15%. Au delà, ça ne sera plus pris en compte.

Ayant atteint des sommets à 7000 points en 2000, l’indice évolue aujourd’hui autour des 4800 points.

Source : Financial Times

OK, mais à quoi ça sert ?

Comme les valeurs qui constituent l’indice ont été sélectionnées pour être, ensemble, représentatives de l’économie française, le CAC 40 est devenu un baromètre de la santé économique du pays. En un seul chiffre, il reflète la tendance générale de 40 des plus grandes entreprises françaises. C’est aussi pour cela que vous en entendez si souvent parler aux infos etc… 

Mais c’est une info à prendre avec des pincettes. En effet, les cours de bourse ne sont pas toujours les reflets objectifs de la santé des entreprises. Ils sont en réalité très influencés par les sentiments des investisseurs, qui, dans leur euphorie, peuvent les pousser bien au-delà du raisonnable, comme ils peuvent les couler dans des moments de désespoir. 

Par ailleurs, par construction, le CAC 40 ne tient pas compte d’acteurs pourtant essentiels dans l’économie, comme les secteurs contrôlés par l’État ou l’activité des PME. Enfin, le CAC 40 a perdu beaucoup de son caractère français, dans la mesure où les activités de la quasi-totalité des sociétés qui le composent sont aujourd’hui internationales, et donc dépendantes d’évolutions économiques aux Etats-Unis, en Asie etc.

Le CAC 40, donc, est surtout un moyen efficace de se faire une idée sur le sentiment des investisseurs sur l’économie française, plus que sur l’état réel de cette dernière.

Marc Tempelman

Co-fondateur de Cashbee

écrit par nos amis

Marc Tempelman

Diplômé de l’ESCP, Marc a travaillé pendant plus de 20 ans chez Bank of America Merrill Lynch, pour laquelle il a notamment co-dirigé l’activité de banque commerciale et de marchés de capitaux obligataires. Basé à Londres et à New York, et focalisé sur la clientèle institutions financières, Marc est devenu un expert du financement bancaire. Il est aussi passionné de cuisine.

Aller voir

Avez-vous essayé Cashbee ?

Cashbee est l'application d'épargne qui prend soin de vos intérêts. En 6 minutes, vous disposez d'un moyen simple de mettre votre argent au travail.

Aller sur Cashbee