Le phénomène de la fake meat

La viande sans viande est-elle un investissement juteux ?

La consommation de viande représente un marché gigantesque et en constante augmentation : 1,2 trilliard de dollars pour quelques 340 millions de tonnes en 2018. Soit 1,5% du PIB Mondial, et l'équivalent des deux tiers du poids de l'humanité.

Face aux enjeux environnementaux que cela représente, un nouveau concept a le vent en poupe : la viande, sans viande. Concrètement, des burgers imitant le goût et l'aspect de la viande animale, mais entièrement fabriqués à base de végétaux. Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous ? En un sens, vous avez raison : les burgers au tofu, au soja et aux céréales existent depuis bien longtemps, mais la fake meat ne s'attaque pas nécessairement au marché des végétariens. L'idée est de remplacer la viande, pas forcément de l'imiter. Un marché qui pourrait rapidement représenter 50 milliards de dollars dans les années à venir.

L'intérêt soudain pour la viande végétale

Le secteur est apparu sous l’impulsion d'une prise de conscience généralisée : nous consommons trop de produits animaux. Cela nuit gravement à l'environnement et de manière plus modérée à notre santé. Quoi qu'il en soit, il faut en manger moins. C'est là que la viande végétale entre en jeu. Imaginez : tous les plaisirs de la viande... sans le sentiment de culpabilité qu'on y associe parfois.

C’est sur ce credo que des sociétés comme Impossible Foods – littéralement « la nourriture impossible » – ou Beyond Meat – « Au-delà de la viande » – se sont positionnées.

Elles ont attiré plusieurs centaines de millions de dollars pour financer la recherche et le développement de leurs viandes 2.0. Le résultat ? Des steaks plus vrais que nature à base de végétaux comme le soja, les petits pois et la betterave — des ingrédients capables de recréer l'aspect, la texture... et même le saignant de la viande ! Et les premiers tests sont très positifs :

Où en sont ces sociétés aujourd'hui ?

Plusieurs sont déjà introduites en bourse, et ont annoncé des partenariats retentissants. Beyond Meat distribue ses produits via TGI Friday’s ou encore la chaine Dunkin. En août dernier, Impossible Foods a lancé sa collaboration avec Burger King, qui propose dorénavant son « Whopper Impossible » entièrement à base de produits végétaux.

Peut-on en conclure que les burgers à base de bœuf vont disparaître ? Devrions-nous nous ruer sur les actions de ces sociétés ?

Pas évident ! Les consommateurs n’ont pas encore adopté ces burgers alternatifs en masse — et il n’est pas dit qu’ils le feront une fois la hype passée. Par ailleurs, de grands groupes comme Tyson Foods, Nestlé ou Unilever pourraient rapidement prendre le train en marche, mettant leur puissance industrielle, leur réseau de distribution et l'avantage du "second entrant" à bon usage.

Du reste, un mouvement de résistance se fait déjà sentir. Les lobbies de l’industrie de la viande s’insurgent et souhaiteraient que ces groupes aient l’interdiction d'utiliser le mot « viande » dans la description de leurs produits. Ils sont rejoints par certains agriculteurs, qui dénoncent l’idée selon laquelle manger de la fausse viande serait automatiquement bénéfique pour la planète. Ils défendent au contraire un retour à la viande de qualité, élevée et distribuée de manière plus responsable. Less but better.

Enfin, ce n’est pas parce que ces burgers ne contiennent pas de viande qu’ils sont nécessairement meilleurs pour la santé. En effet, la « fausse viande » contient beaucoup de graisses et de sel pour répliquer le goût de la vraie. Le Whopper classique représente 660 calories et contient 12 grammes de graisses saturées. Le Whopper version végé affiche 630 calories, et 11 grammes de ces mêmes graisses. Légèrement mieux donc, mais pas de quoi sauter au plafond, surtout quand on y ajoute 10% de sel.

En conclusion, la bataille de la fake meat contre la vraie n'est pas encore gagnée. Mais c'est sans aucun doute un marché à suivre !

Marc Tempelman

Co-fondateur de Cashbee

Avez-vous essayé Cashbee ?

Cashbee est l'application d'épargne qui prend soin de vos intérêts. En 6 minutes, vous disposez d'un moyen simple de mettre votre argent au travail sur un compte rémunéré à 1% de moyenne.