Les secrets de la diversification

Ou pourquoi il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier !

Qu’est-ce que la diversification ? Vous avez peut-être déjà entendu le terme sans que ce soit jamais totalement limpide ? C’est normal. La finance est pleine de jargon dont on devine le sens sans forcément en comprendre toute la signification. Aujourd’hui nous vous proposons donc de comprendre vraiment ce que signifie diversifier en finance.

  • En matière d’épargne, il vaut mieux parier sur plusieurs placements à la fois, et éviter de mettre tous ses oeufs dans un même panier.
  • La diversification minimise le risque mais, contrairement à une idée reçue, n’immunise pas contre les pertes.
  • Pas besoin d’être un expert ou d’interagir avec de nombreuses contreparties pour se constituer un portefeuille diversifié.
  • Plus vos placements seront diversifiés, moins les variations de chacun auront un impact sur votre portefeuille au global. Vous engrangerez des bénéfices un peu moins vite, mais vous dormirez mieux la nuit !

Pourquoi c'est important

Si vous investissez tout votre patrimoine financier sur un seul placement, votre épargne en dépendra totalement. Si ce placement monte : vous gagnez, s’il descend : vous perdez. Il n’y a pas plus simple. 

C’est un scénario plutôt enviable dans les situations haussières, mais beaucoup plus pénible en période de crise. Si vous avez placé disons 100 000 € sur une seule action et qu’un événement imprévisible (une pandémie mondiale par exemple) lui fait perdre 30% de valeur, vous venez de dire adieu à 30 000€, d’un coup, sans savoir combien de temps sera nécessaire à la remontée du titre — s'il remonte un jour.

Pour éviter ce genre de mauvaise surprise, il faut diversifier. C’est à dire répartir vos fonds sur différents types d’investissements, dans le but de réduire l’exposition de votre épargne aux fluctuations potentiellement violentes que peuvent connaître les investissements concentrés.

Mais si le concept est globalement considéré comme vertueux, mal pratiquée, la diversification peut vous empêcher de maximiser votre rendement, ou au contraire vous faire prendre des risques inconsidérés. 

L'exemple General Electric

En 2000, la société General Electric est la plus grosse capitalisation boursière du monde. Présente à l’international et dirigée par le légendaire Jack Welch, elle opère dans de nombreux secteurs, allant de la propulsion aéronautique à la distribution d’énergie. 

Rien ne semble pouvoir l’arrêter et les investisseurs s’arrachent le titre “GE” dont la hausse régulière des 25 dernières années en fait un placement très alléchant. Voici la suite :

Source : Macrotrends.net

Après avoir atteint une capitalisation boursière de 480 milliards de dollars, GE ne pèse plus que 63 milliards aujourd’hui, soit 86% de moins qu’au sommet de sa gloire. Si vous aviez tout parié sur GE en 2001, vous auriez sans perdu beaucoup d’argent aujourd’hui — à moins d’être “re-rentré” en 2009 pour vendre en 2017. L’évolution du cours de GE démontre que même les entreprises les plus importantes peuvent accuser des contre-coups majeurs. D’où l’intérêt de diversifier ses placements.

Une affaire de paniers

Il existe de très nombreux supports (ou “classes d’actifs”) sur lesquels investir son épargne. Parmi les plus connus : les actions, les obligations, l’or, l’immobilier ou encore les redoutables crypto-monnaies. Mais nous pourrions y ajouter l’art contemporain, les vases de l’empire Ming, les violons Stradivarius, le vin, les Legos (oui oui), les figurines Star Wars ou les timbres. La liste est sans fin. Pour ne pas vous perdre, nous nous limiterons donc ici aux classes d’actifs les plus communs.

L’objectif de la diversification est de réduire notre exposition à la fluctuation d’un seul placement. Il s’agit donc d’identifier des placements dont la valeur n’évolue pas systématiquement dans la même direction. 

La diversification par classes d’actifs

Une première manière de le faire est de placer votre épargne dans des classes d’actifs différentes. Historiquement et statistiquement, les actions et les obligations d’État par exemple ont tendance à se compenser, les secondes devenant typiquement plus attractives, lorsque les premières souffrent.

Et la même logique s’applique au sein de chaque panier. 

Le panier d’obligations peut à la fois contenir de la dette souveraine Grecque, de la dette Française ou Américaine. Le panier immobilier peut contenir de l’immobilier professionnel, du logement en appartement ou du parking. Le panier d’actions peut comporter les titres de plusieurs sociétés très différentes, de tailles et de natures très diverses. 

Restons un instant sur l’exemple de ces actions pour étudier en détail différents types de diversification.

La diversification sectorielle

Entre Bouygues (BTP, télécom et média) et LVMH (produits de luxe) ou entre Heineken (alcool) et Volkswagen (automobile), il n’y a rien à voir. Et c’est justement l’objectif ! Entre le 1er mars à la fin du mois de mai 2020, l’action Société Générale à perdu 36%. Heureusement, sur la même période, celle d’Apple en a gagné 7% !

Ainsi, il ne s’agit pas seulement d’investir sur différents supports, il faut s’assurer que ces supports ne soient pas trop interdépendants. Sinon la chute de l’un pourrait entraîner celle du second, et vous perdriez donc deux fois. 

La diversification géographique

Même principe. Toujours en prenant notre portefeuille imaginaire comme exemple, nous y trouvons 4 sociétés françaises, une américaine, une néerlandaise et une allemande. Toutes ces sociétés sont par ailleurs très actives à l’international. Ce qui réduit d’autant le risque de souffrir financièrement si l’activité dans un pays ralentit brutalement. (Bon ok, en cas de pandémie planétaire, ce principe atteint ses limites).

Idées reçues

Maintenant que vous en savez plus sur la diversification, profitons-en pour casser quelques mythes.

There is no free lunch

Aucune stratégie d’investissement ne vous couvre totalement contre le risque. Elle le minimise, mais ne le fera jamais totalement disparaître. Dit autrement : vous pouvez toujours perdre de l’argent avec un portefeuille diversifié. En anglais, l'expression “there's no free lunch” désigne le fait qu'il y a toujours un risque.

L’objectif de la diversification est de réduire l’exposition au risque et ainsi le stress que l’on peut ressentir en suivant ses investissements. Mais personne ne peut prédire l’évolution des marchés, et nous ne pouvons reconnaître les “mauvais” placements qu’après coup.

Diversifier ≠ complexifier

Si vous épargnez souvent ou beaucoup, vous serez sans doute rapidement contacté par des conseillers en gestion de patrimoine ou autres banquiers privés. Ces derniers vous proposeront alors des produits “structurés”, comme des investissements en indices sur paniers d’actions à barrières, annulables et à cliquet — on exagère à peine ! 

Ces placements exotiques ont leur utilité et peuvent séduire, mais à moins d’être un investisseur semi-pro, vous n’en avez en réalité pas besoin. Ils s’accompagnent d’ailleurs souvent de commissions plus élevées, et peuvent être difficiles à vendre avant leur échéance. 

Si vous êtes convaincu qu’il vous faut absolument une note structurée “callable indexé sur un panier d’indices à trois ans” dans votre portefeuille, consacrez-y une petite partie seulement de votre épargne totale, et diversifiez le reste ! Pour les autres, c’est simple : la complexité n’est pas la diversité !

Diversifier ≠ multiplier les contreparties

Ce n’est pas parce que vous avez ouverts trois assurances-vie et deux PEA chez autant de banques et d’assureurs différents que vous allez forcément avoir une épargne diversifiée.

Au contraire, si vous avez investi dans un fonds “Actions Europe” via trois établissements financiers différents, il y a de fortes chances pour que ces placements se ressemblent fortement. Vous vous retrouvez donc à payer plus de commissions pour une exposition au risque très similaire. Là où, en regroupant ces trois placements auprès d’une seule contrepartie, vous auriez pu réduire vos frais annuels.

C’est tout bon !

En conclusion, un seul placement, ou une seule stratégie d’investissement vous expose généralement à des risques trop importants. La diversification est une des armes les plus efficaces pour les réduire, notamment si vous suivez les quelques recommandations précédentes.

Mais vous l’aurez compris : atteindre un bon niveau de diversification exige un peu de travail. Et ce n’est pas forcément du goût de tout le monde de gérer soi même ses investissements. C’est pourquoi toute une industrie existe pour vous assister à y parvenir... dont Cashbee !

Marc Tempelman

Co-fondateur de Cashbee

écrit par nos amis

Marc Tempelman

Diplômé de l’ESCP, Marc a travaillé pendant plus de 20 ans chez Bank of America Merrill Lynch, pour laquelle il a notamment co-dirigé l’activité de banque commerciale et de marchés de capitaux obligataires. Basé à Londres et à New York, et focalisé sur la clientèle institutions financières, Marc est devenu un expert du financement bancaire. Il est aussi passionné de cuisine.

Aller voir

Avez-vous essayé Cashbee ?

Cashbee est l'application d'épargne qui prend soin de vos intérêts. En 6 minutes, vous disposez d'un moyen simple de mettre votre argent au travail sur un compte rémunéré.

Aller sur Cashbee